Festen

D’après “Festen”, film réalisé par Thomas Vinterberg et Mogens Rukov en 1998. 

Adaptation du film par Bo hr. Hansen. Texte français Daniel Benoin.

 

*FESTEN_Affiche

Tout commence dans une ambiance de fête où famille et amis se retrouvent pour les soixante ans d’Helge Klingenfelt, patriarche d’une riche famille danoise, un homme à qui tout semble avoir réussi. Alors que la fête bat son plein, Christian, le fils aîné de Helge, est chargé par son père de dire quelques mots au cours du dîner sur sa soeur jumelle, Linda, morte un an plus tôt.

Personne ne se doute de rien, quand Christian se lève pour faire son discours et dénoncer l’inceste auquel son père l’a soumis. C’est l’incrédulité générale : dans un premier temps, le groupe refuse d’entendre la parole du fils. Après avoir joué la surdité, la communauté s’éveille au non-dit, mais pour lui opposer une réaction violente : Christian est banni et littéralement mis à la porte.

Soutenu par l’équipe de domestiques qui s’active en cuisine, Christian revient à la charge : Lui et sa sœur jumelle disparue, ont bel et bien été victimes de viol. La parole désormais entendue va traverser le corps familial comme une onde de choc, jusqu’à le disloquer. Dès lors le vernis du bonheur familial part en éclats pour qu’en définitive, la famille parvienne à se reformer autour de la blessure, et laisser place à une nouvelle donne, mais sans lui apporter d’autre réponse que l’exclusion du père.

Note du metteur en scène : « Le lieu de la fête et du repas, celui des chambres et des cuisines, de l’intérieur comme de l’extérieur est représenté par une immense table, qui est également la scène. Les 23 personnages l’investissent comme autant de lieux intimes ou publics, sans frontières définies, si ce n’est par les jeux de lumière, car c’est comme si les murs étaient devenus poreux, au point de ne plus tenir leur office. Le secret inacceptable est su de tous, et pourtant, ne sachant comment l’assumer, chacun l’enfouit où il peut, dans sa mémoire, dans son sac, dans sa mort, dans sa colère…jusqu’à ce qu’il ne soit plus supportable et qu’il jaillisse en n’épargnant personne. Des liens se créent, d’autres se brisent…Car dès lors que nous ne nous sentons plus gardiens mais prisonniers d’un secret, il nous faut trouver le moyen de le dire, avec les mots et le ton justes, or c’est bien le problème du secret de famille qui est crucial ici et que je désire mettre en exergue ».  

Festen a déjà été présenté à l’Espace Aragon à Villard-Bonnot en 2015 et au Théâtre Prémol à Grenoble en 2012 et en 2015. Le spectacle a été présenté à nouveau sur Grenoble, le 3 avril  au Nouveau Théâtre de Sainte Marie d’en Bas, à l’occasion du Festival organisé par le Festival culturel universitaire 2016 sur le thème « Givré » 

Les représentations sont suivies d’un débat animé par André Grepillat, psychologue et Sylvie Cleyet, metteur en scène, et en présence des comédiens.

F33

F54

F55

F49

F53F27

F31

F23

F20

F44

F42
F38

F47

F17

Article de journal sur Festen

Article de journal sur FESTEN par Les AFFICHES de Grenoble et du Dauphiné

FESTEN article de journal

Article de journal sur FESTEN par Les AFFICHES de Grenoble et du Dauphiné

Les commentaires sont fermés.